haut de page

26.04.2018

Le week-end dernier, je me suis aligné au Marathon ...

20.03.2018

Ce week-end (18 mars) à Presinge, j’ai enfin ...

09.03.2018

a y est ma saison est lancée avec le 10km de Payerne, ...

15.01.2018

Quand je fais le bilan de mon année 2017, je réalise ...

15.12.2017

Merci au Journal le Chênois pour cette article sur ...

10.11.2017

Ce 100km j’ai hésité jusqu’au dernier ...

13.09.2017

J'ai hésité jusqu'à la dernière minute avant de ...

20.05.2017

C'est quand aucune pression ne s'exerce sur mes épaules ...

30.04.2017

Une année après ma grosse déception aux 24h de Villeneuve ...

30.04.2017

Ce jour-là en quittant mon travail, en tenue de course ...

28.03.2017

Ça y est, enfin je concrétise ma progression de ce ...

20.03.2017

Voici le cinquième numéro de Running Mag consacré ...

15.03.2017

La course à pied est un sport qui peut paraître solitaire ...

20.02.2017

Voici le quatrième numéro de Running Mag consacré ...

19.01.2017

Voici le troisième numéro de Running Mag consacré ...

13.01.2017

Un grand merci à toute l'équipe de Carnets d'Aventures, ...

08.01.2017

Retour sur mon année 2016 en quelques chiffres et ...

14.12.2016

Dans le cadre de sa préparation pour le Marathon de ...

05.12.2016

Jamais je n’aurai imaginé battre mon record ...

20.11.2016

Dans le cadre de sa préparation pour le Marathon de ...

10.11.17

100km de Savoie, La Ronde des Eléphants, 4e scratch!

Ce 100km j’ai hésité jusqu’au dernier moment avant d’y participer. Tout d’abord, le nom m’a séduit: La Ronde des Eléphants. Ça sonne bien. Et puis le parcours, le tour du magnifique Lac du Bourget. Une première moitié plate, suivie d’une seconde avec 1600m de D+ dont une dernière montée de 8km (Col de l’Epine) qui démarre au 80ème km. Un parcours exigeant pour un 100km sur route, qui m’a finalement convaincu de m’inscrire. Ce n’est évidemment pas un parcours à record mais au vu des performances réalisées cette année, notamment avec mes 77.4km parcourus aux 6h d’Ambilly il y a 2 mois, je peux espérer faire un bon classement.

C’est donc sans réelle préparation spécifique que je débarque ce 4 novembre, plutôt frais et humide, à Chambéry où aura lieu le départ le lendemain matin. Après avoir réceptionné mon dossard, je croise quelques têtes rencontrées sur divers ultras ici et là, je ne tarde pas à m’installer dans mon bus camping pour une bonne nuit de sommeil bien reposante.

à 7h le lendemain, sur la ligne de départ, j’ai la surprise de tomber nez à nez avec Christian Fatton, mon pote d’ultra, rencontré il y a 3 ans au Spartathlon, en Grèce. Il n’a malheureusement pas de grandes ambitions aujourd’hui à part terminer la course, à cause d’une douleur à la jambe qu’il traîne depuis un moment déjà. On discute un moment et c’est déjà le coup de feu de départ. Comme d’habitude, j’ignore les autres coureurs et me cale de suite sur l’allure que je me suis fixée. Je me retrouve d’emblée en milieu de peloton. J’ai l’habitude maintenant, je ne m’inquiète plus de ne pas être à l’avant en début de course, la journée va être longue, il va falloir être patient et faire confiance au plan que je me suis fixé. Mon plan de course est de tenir une allure de 5’00”/km pendant les 55 premiers km qui sont relativement plat, puis dès qu’on commence à attaquer les chemins de montagne, ne plus regarder l’allure sur le GPS mais entièrement se fier aux sensations.

Capture d’écran 2018-03-10 à 00.11.13

Les 20 premiers km j’ai l’impression de me traîner mais mon GPS ne me ment pas, je suis bien à 5’00”/km. Puis petit à petit je commence à dépasser du monde. Beaucoup de monde. A tel point qu’au 35ème km je me retrouve dans les 5 premiers et passe le point intermédiaire de la distance marathon en 2ème position scratch en 3h29′ à 30 secondes du premier. Mes sensations sont excellentes, je pourrais aisément accélérer mais je n’ai pas encore attaqué les montées et je dois absolument en garder sous la semelle.

Km 55, le premières difficultés commencent. Je maintiens mon classement pendant encore 10km mais me fait finalement dépasser par 2 coureurs particulièrement en forme dont un est Nicolas Cointepas, récent 8ème scratch du Spartathlon (rien que ça!). A mesure que la pente s’accentue, ces deux-là me distancient. Je n’essaie pas de les accrocher, j’écoute mon corps et n’essaie pas de forcer, il reste encore 35km et plus de 1000m de D+. Je me retrouve vite seul et ne vois plus personne ni devant ni derrière.

Le balisage n’est pas forcément très bien fait. J’ai un peu la hantise de rater une rubalise surtout depuis que je cours seul. Km 70 ça ne manque pas. En pleine descente que je dévale à tombeau ouvert, je me mets à penser que ça fait un moment que je n’ai pas vu de marquage. Je continue un moment à descendre en espérant bientôt en voir un mais non. Rien… Je décide alors de remonter. 200m de D+ et 1km plus haut, je découvre le discret chemin que j’ai manqué. 2km supplémentaires…. Argghhhh. Ça y est j’ai dû perdre pas loin de 15 min et certainement quelques places au classement. Alors que je fulmine, j’accélère de rage jusqu’au prochain ravito quelques km plus loin. Je demande aussitôt aux bénévoles quel est mon classement et, à mon grand étonnement, je suis toujours 4ème. J’avais donc une sacrée avance sur le coureur précédent. Gonflé à bloc, je repars à l’assaut du gros morceau de cette journée: le Col de l’Epine. 8km de montée sèche où une vingtaine de lacets se succèdent. Je serre les dents et parviens à atteindre le sommet sans jamais marcher.

Il me reste 12km de descente à parcourir. Je lâche tout ce que j’ai, les quadriceps en feu, je dévale la pente plein gaz. J’arrive finalement en bas sans jamais rattraper les premiers, intouchables, mais je suis ravi d’avoir pu conserver mon 4ème rang en 9h15′. En consolation, je termine premier de ma catégorie d’âge.

Superbe course en tout cas, des paysages à couper le souffle, un parcours varié et relativement exigeant, à refaire.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


1 + = 6

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>