haut de page

20.05.2017

C'est quand aucune pression ne s'exerce sur mes épaules ...

30.04.2017

Une année après ma grosse déception aux 24h de Villeneuve ...

30.04.2017

Ce jour-là en quittant mon travail, en tenue de course ...

28.03.2017

Ça y est, enfin je concrétise ma progression de ce ...

20.03.2017

Voici le cinquième numéro de Running Mag consacré ...

15.03.2017

La course à pied est un sport qui peut paraître solitaire ...

20.02.2017

Voici le quatrième numéro de Running Mag consacré ...

19.01.2017

Voici le troisième numéro de Running Mag consacré ...

13.01.2017

Un grand merci à toute l'équipe de Carnets d'Aventures, ...

08.01.2017

Retour sur mon année 2016 en quelques chiffres et ...

14.12.2016

Dans le cadre de sa préparation pour le Marathon de ...

05.12.2016

Jamais je n’aurai imaginé battre mon record ...

20.11.2016

Dans le cadre de sa préparation pour le Marathon de ...

03.11.2016

Pour mon dernier gros objectif de la saison, la Diagonale ...

12.09.2016

Je m'étais pourtant juré de ne plus revenir. Pile ...

15.06.2016

De retour de Bienne où j'ai disputé ce week-end les ...

02.06.2016

6 jours après ma participation au 51 km du Trail Nivolet-Revard, ...

02.05.2016

Et oui nous sommes le premier mai, je m'attendais à ...

12.04.2016

Me voilà de retour de Villeneuve ou j'ai pris part ...

07.04.2016

2 jour avant le départ des 24h de Villeneuve, je me ...

02.05.16

Trail Nivolet-Revard sous la neige!

Et oui nous sommes le premier mai, je m’attendais à un trail printanier et courir à travers des champs de muguets… que nenni entre la boue et la neige sur une bonne partie du parcours, on aurait bien mérité une bonne tartiflette au ravito…

Capture d’écran 2016-05-02 à 12.51.49

Après une nuit passée à dormir dans la voiture à entendre des seaux de pluie se déverser sans discontinuer, je me lève avec une motivation plutôt mitigée. Heureusement il ne fait pas trop froid, pour l’instant. Je suis garé à 200 m du sas de départ ce qui facilite considérablement les préparatifs d’avant course. Le matériel obligatoire se résume à une couverture de survie, un sifflet, une réserve d’eau et de nourriture ainsi qu’un gobelet. Je me contente donc de ne prendre qu’un petit sac de 2 litres de contenance. En revanche je m’habille chaudement parce que là-haut, il va faire un froid de canard. Je mets donc du long aux jambes, en haut je m’habille avec une seconde peau, un t-shirt technique et une veste coupe-vent imperméable. Un buff autour du cou, des gants chauds, une casquette et me voilà paré pour ce trail Nivolet-Revard, 51 km, 2700 m de dénivelé positif. Le dénivelé étant plutôt modeste, je décide de ne pas m’encombrer de bâtons.

nivolet-revardprofil de la course

Quelques pointures sont au rendez-vous sur la ligne de départ comme Ludovic Pommeret, vainqueur l’année dernière et Michel Lanne. A 8h le départ est donné sous la pluie et nous voilà à travers les rues en périphérie de Voglans (alt. 270 m) avant d’attaquer d’emblée une petite bosse histoire de nous chauffer les cuisses. Au 8 ème kilomètre les choses sérieuses commencent avec l’ascension vers Le Malpassant (alt. 960 m). Je me sens léger sur ce petit chemin pédestre plutôt étroit. Depuis que j’ai perdu quelques kilos en ce début d’année, les montées me paraissent beaucoup plus faciles.

Le terrain est bien gras mais les chaussures sont encore plus ou moins sèches, j’évite encore les flaques de boue même si ce ne sera plus très utile dans quelques kilomètres. Altitude 800 mètres, la pluie se transforme en flocons. Une fine pellicule recouvre les abords du chemin. Puis progressivement la couche blanche s’épaissit et le froid s’installe. A Malpassant, on continue sur notre lancée et redescendons de quelques mètres jusqu’à Pragondran où le premier ravito nous attend. Je prends de bouts de banane, 2 verres de Coca et repars sans trop m’attarder, il fait froid et humide. 900 m de dénivelé sous la neige nous attendent jusqu’au col de la Doria puis la Croix du Nivolet.

6tnr107

On se croirait en plein hiver, entre Nivolet et les alentours du Col du Pertuiset, du kilomètre 18 au 35, où nous évoluons à une altitude de 1300 à 1500 m, il y a environ 25 cm de neige, un vent assez violent balaie toutes les portions qui ne sont pas abritées par la forêt et un brouillard à couper au couteau réduit la visibilité à environ 40 m. Heureusement que je me suis bien habillé parce que la température doit bien être en dessous de zéro et le vent augmente encore la sensation de froid. Paradoxalement, ce temps-là je l’apprécie, parce qu’il me convient bien. C’est en général dans ces conditions que je cours le mieux. Et c’est le cas aujourd’hui. Plus les kilomètres défilent plus j’accélère sans connaître de défaillance ou de coup de fatigue. Je pense à bien me ravitailler, du gel en courant et des bananes et un peu de salé comme du saucisson et du fromage notamment au ravitaillement de la Féclaz au km 25 à mi-parcours. Mon chrono indique 3h45′. Le gros du dénivelé étant derrière, la seconde moitié devrait aller plus vite.

6tnr2098

Arrivé au Pertuiset où le dernier ravito nous attends, je prends au vol un morceau de banane, et attaque la longue descente jusqu’à Mery où nous sommes passé en début de course. La descente n’est pas trop raide ni technique ce qui me permet de considérablement augmenter ma vitesse moyenne. D’énormes flaques de boue rendent le terrain extrêmement glissant, quelques fois il suffit de se laisser glisser. Je me sens des ailes, je dépasse pas mal de coureurs et cours les 5 derniers kilomètres plus ou moins plats à une bonne allure. Une dernière bosse nous attends toutefois à 2 km de l’arrivée puis il ne reste plus qu’à dérouler jusqu’à l’arrivée. Je termine en 6h38’53”. J’ai donc couru la seconde partie en une heure de moins que la première.

 photoje n’aurais pas cherché longtemps à éviter les flaques de boue…

Nous aurons eu environ les 2 tiers de la course sous la neige et le reste dans la boue. Le conditions n’étaient certes pas faciles et n’avons pas pu profiter de la vue mais j’ai énormément apprécié ce trail. Ce type de profil assez roulant me convient bien, je peux courir presque tout le long, un peu comme le trail des Défis du Jubilé.

Au classement, je suis 103 ème sur 449.

Un aperçu des condition météo dans cette vidéo:

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 5 = 45

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>