haut de page

20.05.2017

C'est quand aucune pression ne s'exerce sur mes épaules ...

30.04.2017

Une année après ma grosse déception aux 24h de Villeneuve ...

30.04.2017

Ce jour-là en quittant mon travail, en tenue de course ...

28.03.2017

Ça y est, enfin je concrétise ma progression de ce ...

20.03.2017

Voici le cinquième numéro de Running Mag consacré ...

15.03.2017

La course à pied est un sport qui peut paraître solitaire ...

20.02.2017

Voici le quatrième numéro de Running Mag consacré ...

19.01.2017

Voici le troisième numéro de Running Mag consacré ...

13.01.2017

Un grand merci à toute l'équipe de Carnets d'Aventures, ...

08.01.2017

Retour sur mon année 2016 en quelques chiffres et ...

14.12.2016

Dans le cadre de sa préparation pour le Marathon de ...

05.12.2016

Jamais je n’aurai imaginé battre mon record ...

20.11.2016

Dans le cadre de sa préparation pour le Marathon de ...

03.11.2016

Pour mon dernier gros objectif de la saison, la Diagonale ...

12.09.2016

Je m'étais pourtant juré de ne plus revenir. Pile ...

15.06.2016

De retour de Bienne où j'ai disputé ce week-end les ...

02.06.2016

6 jours après ma participation au 51 km du Trail Nivolet-Revard, ...

02.05.2016

Et oui nous sommes le premier mai, je m'attendais à ...

12.04.2016

Me voilà de retour de Villeneuve ou j'ai pris part ...

07.04.2016

2 jour avant le départ des 24h de Villeneuve, je me ...

02.06.16

Un 10 km surprise à Genève

6 jours après ma participation au 51 km du Trail Nivolet-Revard, je me sens en pleine forme et ne ressens plus aucune fatigue musculaire. Je décide donc de m’inscrire au dernier moment aux 10 km qui se tient la veille du marathon de Genève à 20h.

Capture d’écran 2016-06-02 à 21.14.52

Le parcours affiche un dénivelé négatif qui est propice à faire un bon temps. Mon record sur la distance (37’31”) tiens depuis 2011 et aimerais bien l’améliorer. Mais tout de même, 6 jours après un ultra, l’objectif est peut-être un peu ambitieux. Je fais quelques foulées pour m’échauffer avant le départ, l’air est lourd mais plutôt agréable. Je me place dans mon bloc d’allure à l’avant, heureusement parce que nous sommes 2400 coureurs ce soir.

Je connais super bien le parcours puisqu’il emprunte en grande partie des routes que je foule à l’entraînement. La ligne de départ est à 1 kilomètre de chez moi. A 20h précise, alors que le soleil projète ses derniers rayons, le départ est donné. Je me cale d’emblée à 16.2 km/h ce qui est 0.2 km/h au dessus de mon record. Mes sensations sont très bonnes, je me sens léger et ne me sens pas du tout dans le rouge. Je suis un petit groupe qui adopte la même vitesse mais au bout d’un kilomètre je trouve le rythme un peu lent. Je décide d’accélérer un peu et de rejoindre un groupe de trois coureurs 100 mètres devant. Je les rattrape assez vite et m’abrite à l’arrière du groupe. Du 4ème au 5ème km un faux-plat montant me pousse à forcer un peu pour tenir la cadence. Mon GPS indique 16.5 km/h! Et en plus je me sens facile.

Au passage du panneau des 5 km je jette un oeil sur ma montre… elle indique 5.5 km?! Soit mon GPS perd le nord soit le balisage est complètement faux. 500m de différence sur 5 km, c’est quand-même énorme. Mais vu la vitesse que je suis en train de tenir, je me dis finalement que c’est plutôt mon GPS qui fait des siennes. Tant pis, une descente de 3 km m’attends et je donne tout pour augmenter ma vitesse moyenne. J’ai l’impression de voler. J’ai vraiment la sensation d’aller très vite, ce qui me fait quand-même penser que c’est plutôt le balisage qui est faux. Rien qu’à la sensation, je peux dire que je suis en train d’exploser mon record.

En bas de la descente, j’arrive sur les bords du lac, et le fait de me retrouver sur du plat après une si longue descente, me donne l’impression de freiner d’un coup. Je dois donc en remettre une couche pour maintenir ma vitesse moyenne qui oscille aux alentours des 16.6 km/h. Les 2 derniers kilomètres sont durs, je jette un furtif coup d’oeil à ma montre, j’arrive à peine à distinguer 10.1 km et 36′ et des poussières. Ils s’est vraiment planté avec la distance le géomètre qui a pris les mesures, il devait avoir un verre de trop dans le nez.

Bref je passe la ligne d’arrivée avec cette sensation d’avoir explosé mon record, je me sens bien plus facile et plus rapide qu’en 2011 quand j’ai couru les 10 km de Lyss en 37’31”. Je consulte ma montre, verdict; 38’48” !!! Quoi ?! Impossible! Je n’ai pas pu courir aussi lentement aujourd’hui. La distance; 10.7 km!!! Je m’empresse de demander autour de moi ce que les autres ont sur leur montre. 10.5, 10.6, 10.7 km/h! Pas un n’a moins de 10.5 km. Tout ceci peut paraître futile mais sachant que si le parcours avait été correctement mesuré, j’aurai battu mon record qui tenait depuis 5 ans. Beaucoup de coureurs étaient déçus parce qu’ils ont fait une bonne course.

Je me console néanmoins avec mon classement; 36 ème sur 2400.

De retour à la maison, je branche mon GPS sur l’ordi et l’application permet de voir à chacun des marqueurs (environ tous les 20 m) la distance et le temps correspondant. Quand je m’arrête sur le marqueur 10 km, j’ai un temps de 36’13”. Ce temps correspond donc beaucoup plus à la réalité.

Après cette petite parenthèse sur une course rapide, je vais sans plus tarder me focaliser sur mon entraînement ultra, puisque mon prochain objectif va se dérouler à Bienne le 9 juin, à l’occasion des 100 km.

La vidéo du week-end:

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


2 + 3 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>